02 51 32 01 94

La gestion locative par temps de crise [INTERVIEW]

En cette période de crise sanitaire sans précédent, le monde de l’immobilier tente tant bien que mal de s’adapter aux nouvelles règles imposées par le confinement. Directeur de Ma Gestion Locative, Morgan Perrault pilote l’entreprise avec Fabrice Houle, Gérant et Fondateur. 

 

Depuis le début du confinement, il a été contraint d’opérer de nombreux changements au sein de la société afin d’assurer la continuité de l’activité. Cela commence évidemment par une modification des mesures internes et des process : communication auprès des clients, télétravail, adaptation des outils et des postes… En parallèle, l’équipe a dû se former « sur l’évolution de la législation liée à l’état d’urgence sanitaire, tant sur le plan de notre activité pure, l’administration de biens, que sur le plan RH. »

Comme le précise Morgan Perrault, ce contexte très particulier engendre un « fort ralentissement sur l’activité Location et Développement commercial, lié à une baisse de la demande des candidats locataires, mais aussi et surtout à la fermeture (au public) des agences immobilières ». 

Encadrant une équipe de 35 personnes, il veille également à contacter régulièrement ses collaborateurs, dont la plupart sont en télétravail, afin d’échanger et de conserver un bon esprit d’équipe. Un esprit d’équipe « qui a constitué l’une de nos grandes forces jusqu’à aujourd’hui. »

 

S’adapter en prenant appui sur les nouvelles technologies

Contexte exceptionnel oblige, des adaptations doivent être réalisées au quotidien, notamment du côté des gestionnaires. Il s’agit notamment de trouver des artisans qui acceptent d’intervenir pour les travaux d’urgence dans les logements, de rassurer les bailleurs sur la situation de leur locataire ou encore de répondre aux interrogations, parfois inhabituelles, des agents immobiliers partenaires, qui se reposent sur l’expérience de Ma Gestion Locative pour les problématiques en lien avec leur gestion locative.

En cette période de confinement, les nouvelles technologies ont également pris une importance croissante et ont concouru à la poursuite de l’activité : « Avec l’interdiction des déplacements et la limitation des contacts humains, nous constatons un usage grandissant, à marche forcée, des outils digitaux, que ce soit pour la communication, la gestion de l’administratif/maintenance, ou la partie commerciale. Notre plateforme digitale www.zelok.fr, qui sert à la fois d’outil de dépôt des dossiers candidats locataires pour nos agences partenaires, mais aussi d’extranet pour nos clients, connait un « boom » des connexions. De même, pour notre outil de signature électronique des documents : mandats de gestion et baux. De façon certaine, ces outils modernes, déjà très présents chez Ma Gestion Locative, vont prendre une place encore plus importante dans nos organisations de travail et contact client. »

S’il faut désormais composer avec de nouvelles contraintes, le Directeur de Ma Gestion Locative se félicite néanmoins d’être parvenu à maintenir l’activité à flot : « Malgré cette période difficile, nous assurons une continuité de service à nos clients, dans un fonctionnement quasi-normal malgré les contraintes. J’en suis très fier et j’en profite pour remercier mon équipe. Nous sommes d’ailleurs très touchés par les clients qui nous remercient d’être ouverts, de prendre en compte et répondre à leurs appels/mails. C’est une grande satisfaction. »

 

Des préavis de départ en chute libre

De son côté, l’équipe de Ma Gestion Locative s’organise. Sabrina Barbier, qui officie en qualité de Gestionnaire Locative locale depuis 2011, après quatre années passées en tant qu’assistante commerciale, constate que la crise engendre beaucoup moins de préavis de départ qu’à l’accoutumée. Après 3 semaines de télétravail, elle est de retour dans son bureau depuis le 6 avril et doit répondre aux inquiétudes de ses interlocuteurs : « Les clients nous interrogent régulièrement sur la possibilité de décaler leur sortie du logement occupé ou leur entrée dans un logement du fait du confinement. » 

Relativement optimiste quant à la tournure des événements, elle s’attend à une reprise progressive de la réception des préavis locataire et des visites de biens à louer, donc des locations. Un point de vue partagé par Elise Berthomé, Assistante chez Ma Gestion Locative : « Je ne pense pas que les habitudes des clients vont changer après cette crise sanitaire. Nous recevrons toujours des clients et il y aura toujours des locataires qui chercheront à louer des biens. Le volume d’appels va reprendre une fois que l’activité reprendra son cours. » 

En charge de la transmission des appels entrants et de l’accueil du public, cette mère de deux enfants qui travaille actuellement en alternance avec une collègue, se veut toutefois prudente : « Nous allons garder les mesures de sécurité liées au confinement. Vitre à l’accueil, garder l’espace d’1 mètre au sein de l’agence, se laver les mains régulièrement. Je pense que ces gestes-là, il faut les conserver toute l’année et pas uniquement pour le coronavirus. »

 

Répondre aux inquiétudes des clients

Avec la fermeture au public et la baisse du nombre d’appels, passés de 300/400 à une centaine par jour, les tâches réalisées par Elise Berthomé ont évolué : « Je ne travaille plus sur la recherche de logement pour les clients, mais j’aide mes collègues qui sont en télétravail, mise sous plis, envoi de document, scanne de document… ».

Comme ses collègues, elle a pu constater de nouvelles inquiétudes apparaître chez les bailleurs et les agents immobiliers : « Les principales interrogations sont très partagées entre les locataires qui essaient de négocier pour ne pas payer leur loyer, les délais postaux qui sont longs pour l’envoi des chèques. Et les propriétaires qui se demandent s’ils vont être payés. Il y a également beaucoup de personnes qui ont envoyé leur préavis avant le confinement et qui ont peur de se retrouver à la rue. Le marché de la location est quasiment à l’arrêt même si l’on continue de recevoir des appels de personnes qui cherchent une location, malheureusement, nous ne pouvons pas faire de visite. Nous ne recevons également que très peu de préavis donc très peu de biens à proposer. »

Concernant la sortie de crise, Morgan Perrault pense que « les Français auront toujours un besoin de se loger, et cela constitue une place invariable dans leurs préoccupations. Le retour à la normale se fera progressivement. Nous ne connaissons pas de façon certaine ce qui nous attend, ni le moment de ce retour à la normale, mais nous nous adapterons et nous trouverons des solutions ensemble. Cela nécessitera certainement quelques évolutions réglementaires supplémentaires dans les lois qui régissent notre activité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabrice Houlé

Entrepreneur,
agent immobilier de terrain,
commerçant et formateur.
 
En savoir plus >>

Soyez Informés en Premier !

 

Avec nos "Alertes Blog", restez connectés en permanence à l’actualité juridique et commerciale de la location

 

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les Alertes Blog. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans l'Alerte. En savoir plus sur la gestion de mes données et sur mes droits.

Nous suivre

« Je ne fais pas de location. »

Ne laissez plus partir les clients.
Démarrez votre activité de location et générez rapidement du chiffre d’affaire.
Constituez-vous un portefeuille.

Nous vous montrons comment

À propos de ce blog

Ce blog est destiné aux personnes qui s'intéressent à l'immobilier locatif et principalement aux professionnels de l’immobilier .

Pour en savoir plus sur ce blog >>