02 51 32 01 94

L’actualité immobilière du moment – Semaine 15

Assouplissement des règles relatives à la signature des actes notariés, effondrement des transactions immobilières, maintien des projets immobiliers chez les particuliers, impact du confinement sur le marché parisien, interdiction des locations touristiques dans le nord de la France… Petit tour d’horizon de l’actualité immobilière en ces temps de crise sanitaire !

 

La signature des transactions immobilières peut désormais se faire à distance

Depuis l’instauration du confinement et la fermeture au public des agences et offices notariaux, la signature des actes est devenue un véritable casse-tête. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si certains particuliers se sont résolus à attendre un « retour à la normale » pour signer.

Bonne nouvelle : depuis l’adoption du décret n°2020-395 du 3 avril 2020 autorisant l’acte notarié à distance pendant la période d’urgence sanitaire, il est possible de signer une transaction immobilière dans le cadre d’une visioconférence, en suivant une procédure sécurisée bien précise !

Malgré cet assouplissement des règles qui pourrait profiter à de nombreux particuliers, certains obstacles demeurent. Tout d’abord, 60 % des offices ne seraient pas en mesure de réaliser des visioconférences, faute d’équipement nécessaire.

De plus, même à distance, la signature d’un acte immobilier nécessite la constitution d’un dossier complet. Problème : en cette période particulière, certains services sont indisponibles, notamment dans les municipalités, ce qui peut occasionner des manques dans les dossiers.

Chute sans précédent des transactions immobilières

Selon le groupe Century 21, le nombre de transactions immobilières aurait connu une chute considérable depuis le début des mesures de confinement.

Comme de nombreux professionnels le craignaient, la pandémie aura eu un impact sans précédent sur le marché des transactions immobilières. Dans un état des lieux de ses ventes au premier trimestre publié le lundi 6 avril, le réseau Century 21 fait état d’une situation inédite.

Après une hausse des transactions de 8 % sur les appartements et 10 % sur les maisons au début de l’année, le volume de vente s’est littéralement effondré au moment de la mise en place des mesures de confinement. Les ventes d’appartements ont chuté de 81 % et les ventes de maisons de 80 %. Une fois les dernières transactions réalisées, grâce aux dispositifs à distance, le marché s’est alors mis en pause.

De leur côté, les taux d’intérêt ont subi une augmentation générale, occasionnant une hausse de 0,05 point du taux moyen.

 

Les Français ne lâchent pas leurs projets immobiliers 

Une récente étude publiée par Drimki montre que les Français continuent de se projeter dans leurs projets immobiliers, malgré les blocages et les nombreuses incertitudes provoqués par la situation actuelle.

Dans son étude publiée le lundi 6 avril dernier, la société Drimki, spécialisée dans l’estimation immobilière, a dévoilé des informations assez surprenantes étant donné le contexte général. Sur l’ensemble des mille personnes sondées, presque une personne interrogée sur six continue d’envisager un projet immobilier dans les douze prochains mois

Si les pourcentages tendent à diminuer de deux à quatre points entre les mois de février 2020 et de mars 2020, notamment chez les jeunes âgés de 25 à 34 ans, la proportion de cadres reste quant à elle stable (31 %), malgré le confinement.

Quelle est la nature des projets concernés ? Selon l’étude, 40 % des personnes interrogées à la fin du mois de mars auraient pour intention d’acheter leur premier logement. Elles sont suivies par 28 % de propriétaires qui souhaitent vendre leur logement pour en acheter un autre. Quant aux personnes qui ont pour projet d’acheter pour louer, elles représentent 19 % des sondés.

 

Un marché parisien moins impacté par la crise ?

Pour Sabine Nakache, Directrice Générale de Stone-Box et de Appartement à Rénover, le marché de l’immobilier parisien devrait être moins touché par la crise. Explications.

Dans des propos recueillis par le site Se Loger, Sabine Nakache revient sur l’aspect inédit de la situation que nous vivons actuellement, et dont il est pour l’heure impossible de connaître l’issue. Elle rappelle toutefois que l’immobilier répond à un besoin de sécurité et que son marché est par nature résilient : « il est capable de résister à un choc et d’en absorber les effets. »

En ce qui concerne le cas spécifique du marché de l’immobilier parisien, qu’elle considère à part, la Directrice Général Stone-Box insiste sur la pression exercée par le nombre de demandes, « notamment sur les biens de grande qualité ». Un contexte favorable qui devrait l’aider à accuser le choc, avec une baisse probable des prix, même si toute « relative ».

De plus, Sabine Nakache voit l’émergence des nouveaux modes de collaboration à distance offerts par internet comme une formidable aubaine pour les professionnels et les porteurs de projets : « En donnant les moyens aux particuliers de poursuivre leurs projets, on donnera – ou l’on redonnera – à d’autres, l’envie de préparer un achat immobilier. »

Par ailleurs, dans ce contexte singulier, elle estime que le professionnel a plus que jamais un rôle déterminant à jouer. À l’écoute de ses clients, il doit les rassurer et les accompagner, tout en s’adaptant à ces circonstances exceptionnelles.

Enfin, Sabine Nakache pense que cette période de confinement pourrait modifier les projets des Parisiens. Ainsi, convaincus par l’efficacité du télétravail qu’ils auront pu expérimenter durant cette période de confinement, certains pourraient choisir de partir vivre en province.

 

Hauts-de-France : Interdiction des locations touristiques sur le littoral 

Pour assurer le respect des mesures de confinement, les préfectures du Nord et du Pas-de-Calais ont déposé un arrêté interdisant temporairement la location des hébergements touristiques sur le littoral.

Craignant un afflux touristique massif sur le littoral durant les vacances scolaires (qui débutent le 9 avril dans l’académie de Lille), les préfectures du Nord et du Pas-de-Calais ont décidé de prendre des mesures radicales. L’arrêté préfectoral, qui concerne une quarantaine de communes des Hauts-de-France, interdit ainsi « la location, à titre touristique, des chambres d’hôtel ainsi que des meublés de tourisme ou de tout autre logement destiné à la location saisonnière » et ce, jusqu’au 15 avril 2020.

Ces mesures ne concernent toutefois pas « l’hébergement au titre du domicile régulier des personnes qui y vivent, l’hébergement d’urgence ou l’hébergement pour des besoins professionnels. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabrice Houlé

Entrepreneur,
agent immobilier de terrain,
commerçant et formateur.
 
En savoir plus >>

Soyez Informés en Premier !

 

Avec nos "Alertes Blog", restez connectés en permanence à l’actualité juridique et commerciale de la location

 

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les Alertes Blog. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans l'Alerte. En savoir plus sur la gestion de mes données et sur mes droits.

Nous suivre

« Je ne fais pas de location. »

Ne laissez plus partir les clients.
Démarrez votre activité de location et générez rapidement du chiffre d’affaire.
Constituez-vous un portefeuille.

Nous vous montrons comment

À propos de ce blog

Ce blog est destiné aux personnes qui s'intéressent à l'immobilier locatif et principalement aux professionnels de l’immobilier .

Pour en savoir plus sur ce blog >>