02 51 32 01 94

L’actualité immobilière du moment – Semaine 46

Pas d’exception pour le secteur de l’immobilier pendant le confinement, demande d’exonération des loyers de novembre pour les professionnels, changement de plan pour les projets d’achats… retrouvez les dernières actualités qui ont marqué le secteur de l’immobilier à l’occasion de ce nouveau confinement !

Pas de levée de l’interdiction des visites pendant le confinement, pour le moment

Bloqués par les mesures entourant ce second confinement, les professionnels de l’immobilier souhaiteraient pouvoir bénéficier de plus de souplesse, notamment pour pouvoir organiser la visite des biens immobiliers. Leur demande, effectuée par le biais d’une lettre ouverte à destination d’Emmanuel Macron, a finalement été rejetée par Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement.

Depuis le 30 octobre, date d’entrée en vigueur du deuxième confinement, les visites de biens sont interdites. Les professionnels du secteur de l’immobilier peuvent ainsi uniquement proposer des visites virtuelles à leurs clients. 

Invoquant le « droit au logement » et le blocage des ventes et des locations, dix groupes immobiliers ont récemment adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, au Premier ministre Jean Castex et à Emmanuelle Wargon, pour partager leur mécontentement et réclamer une levée de cette interdiction. 

Considérant qu’il était encore trop tôt pour envisager un quelconque changement, la ministre déléguée au Logement a demandé aux professionnels du secteur de « tenir bon ». De leur côté, les signataires, soutenus entre autres par la FNAIM, l’UNIS et Plurience, se disent prêts à renforcer leurs protocoles sanitaires, notamment en limitant le nombre de visites et de visiteurs, en nettoyant les lieux à chaque passage ou encore en obligeant leurs collaborateurs à télécharger l’application TousAntiCovid pour tracer les visites.

 

Le ministre de l’Économie demande aux bailleurs de renoncer aux loyers de novembre des commerces touchés par la crise

Lundi 9 novembre, dans une intervention sur BFMTV, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a exhorté les bailleurs, « petits bailleurs et grandes foncières », à renoncer aux loyers de novembre pour aider les commerçants durement touchés par cette période de crise et ce second confinement, précisant par ailleurs que l’État prendrait 30 % à sa charge, sous la forme d’un crédit d’impôt.

« Je demande aux grandes foncières de renoncer à leur loyer du mois de novembre. Et je demande même aux petits bailleurs qui se posent la question : est-ce qu’il vaut mieux chercher à tout prix à récupérer le loyer d’un commerçant qui de toute façon ne s’en sort pas, qui a le couteau sous la gorge, au risque d’avoir plein d’impayés et un loyer qui ne sera sans doute jamais payé ou payé trop tard ou alors est-ce qu’il ne vaut pas mieux faire ce geste ? », a indiqué Bruno Le Maire.

Le ministre, qui a précisé que cette demande concernait « tous les secteurs, sans exception, pour tous les commerces qui sont fermés », s’est par ailleurs dit prêt à aller plus loin dans le cas où les bailleurs estimeraient que 30 % ne seraient pas suffisant, sans toutefois se risquer à avancer de chiffres.

 

Après le premier confinement, les envies de verdure mises au placard

À l’issue du premier confinement, de nombreux Français avaient indiqué leur envie de se mettre au vert pour s’éloigner des grandes villes. Quelques mois plus tard, une étude réalisée par OpinionWay pour le réseau Artemis Courtage montre que les intentions initiales ne se sont pas vraiment concrétisées.

Réalisé juste avant l’annonce du deuxième confinement, le baromètre d’OpinionWay fait suite à deux précédents sondages réalisés durant le premier confinement et au sortir de ce même confinement. On y apprend notamment que la catégorie des biens les plus recherchés par les 22% des Français ayant un projet d’achat sont les logements situés en ville, alors qu’il s’agissait du 6e choix envisagé en juin. Représentant 18% des recherches, ils sont suivis de très près par les logements en zone rurale (17%), les logements « plus grands » (16%), les logements avec jardin (15%) et les logements situés dans une autre ville (13%).

Signe que les rêves de verdure sont derrière eux ; alors que les Français qui avaient concrétisé leur projet d’achat indiquaient pour 8% d’entre eux qu’il s’agissait d’un bien situé en ville en juin dernier, ils sont désormais 28% à avoir acheté en ville. Autre explication possible de ce revirement : 10% des projets des Franciliens ont été annulés ou reportés selon le sondage, alors qu’ils représentaient à la base la part de la population la plus encline à s’éloigner des grandes villes. À titre de comparaison, en province, seulement 5 % des projets d’achats ont été annulés ou reportés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabrice Houlé

Entrepreneur,
agent immobilier de terrain,
commerçant et formateur.
 
En savoir plus >>

Soyez Informés en Premier !

 

Avec nos "Alertes Blog", restez connectés en permanence à l’actualité juridique et commerciale de la location

 

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les Alertes Blog. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans l'Alerte. En savoir plus sur la gestion de mes données et sur mes droits.

Nous suivre

« Je ne fais pas de location. »

Ne laissez plus partir les clients.
Démarrez votre activité de location et générez rapidement du chiffre d’affaire.
Constituez-vous un portefeuille.

Nous vous montrons comment

À propos de ce blog

Ce blog est destiné aux personnes qui s'intéressent à l'immobilier locatif et principalement aux professionnels de l’immobilier .

Pour en savoir plus sur ce blog >>