02 51 32 01 94

L’immobilier en 2020 : les chiffres à retenir !

Traversée par la crise sanitaire, l’année que nous laissons derrière nous n’a pas été de tout repos pour le secteur de l’immobilier. Quelles sont les informations à retenir de cette année pas comme les autres ? Le dernier baromètre LPI-SeLoger dévoile les chiffres-clés à retenir de 2020 !

10 683 €/m² pour l’achat d’un logement à Paris 

10 683 €, c’est le prix au mètre carré qu’il fallait dépenser pour devenir propriétaire de son logement à Paris à la fin de l’année 2020. Paris reste ainsi la ville de plus de 100 000 habitants où l’achat d’un logement est le plus onéreux, affichant une hausse de 5,4 % sur un an. À titre de comparaison, il faut débourser 9 063 €/m² à Boulogne-Billancourt, qui enregistre une hausse de 4,3 % sur l’année ; et 6 976 €/m² à Montreuil, avec une augmentation de 10,4 % sur un an.

1 460 €/m² pour l’achat d’un logement à Saint-Étienne

Pendant que la capitale bat des records, Saint-Étienne décroche la médaille de la ville de plus de 100 000 habitants où les prix sont les moins élevés. Enregistrant une hausse de 6,5 % sur l’année, les prix au m² atteignent 1 410 €. Autres villes présentes sur le podium : Limoges avec 1 844/m² et Perpignan avec 1 560 €/m².

L’immobilier à Mulhouse en hausse de + 16,5 % sur l’année

2020 aura été l’année d’un autre record à Mulhouse. La deuxième ville la plus peuplée d’Alsace, derrière Strasbourg, a en effet enregistré une hausse de 16,5 % sur une année (1 939 €/m² dans l’ancien), tout comme Angers. La ville aux cent cheminées et la préfecture du Maine-et-Loire sont talonnées par Limoges (+ 16,4 % de hausse, avec 1 844 €/m²) et Orléans (+ 16,1 %, avec 2 667 €/m²).

Une hausse de + 0,8 % de l’immobilier à Amiens

Contrairement à Mulhouse, les prix immobiliers progressent peu à Amiens. La capitale historique de la Picardie connaît ainsi la hausse la moins forte des villes de plus de 100 000 habitants, avec une augmentation de 0,8 % sur un an.

Des ventes en forte progression, à la fin du premier confinement

Selon le baromètre LPI-SeLoger, les Français contraints de remettre à plus tard leur projet immobilier ont profité de la sortie du premier confinement pour mettre les bouchées doubles. Résultat : l’activité immobilière a connu un rebond inattendu, de l’ordre de 460 % d’augmentation entre les mois d’avril et juillet 2020. Une hausse importante qui s’est toutefois accompagnée d’un « goulot d’étranglement » des ventes immobilières. 

Le coût moyen d’un bien immobilier ancien en 2020 : 265 500 €

Dans l’ancien, le prix moyen des biens a connu une augmentation de 5,8 % sur l’année, passant de 251 000 en 2019 à 265 500 € en 2020.

Hausse de 6,5 % du prix immobilier dans l’ancien

Selon les données rassemblées par LPI-SeLoger, les prix dans l’ancien se sont distingués par une hausse de + 6,5 % en 2020, contre + 4,8 % en 2019 et + 3,4 % en 2018. 

Baisse de 17,3 % de l’activité immobilière

Les mesures restrictives mises en place dans le cadre du premier confinement (fermeture au public des agences immobilières, interdiction des visites de biens, suspension des chantiers…) ont fortement impacté l’activité et notamment les transactions. Comme le note Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger, « alors que les taux d’intérêt sont restés très attractifs et que les durées des crédits octroyés se sont allongées, les ventes réalisées auprès de particuliers ont reculé de 17.3 % en 2020 ». À titre d’information, plus d’un million de transactions avaient été enregistrées en 2019.

Recul des crédits immobiliers de 14,2 %

Le durcissement des conditions d’accès au crédit souhaitée par la Banque de France a fait reculer la demande. Comme le précise Michel Mouillart : « la production de crédits immobiliers aux particuliers s’est établie à 163 Mds d’€ (hors rachats, renégociations et crédits relais) en baisse de 14,2 % (190 Mds d’€ en 2019) : – 12,3 % dans le neuf (+ 1,9 % en 2019) et – 10,3 % dans l’ancien (+ 13,8 % en 2019) ».

Il faut 4,6 années de revenus pour accéder à la propriété

D’après les informations dévoilées par le baromètre, l’achat d’un logement en 2020 représente 4,6 années de revenus en moyenne. Un chiffre plus élevé en Île-de-France, où il faut compter 5,8 années de revenus pour espérer devenir propriétaire, contre 3,4 années en Bourgogne. Dans le neuf, il faut compter « seulement » 3,8 années de revenus pour acquérir un bien.

Le prix du m² dans l’ancien s’élève à 3 553 €

Fin 2019, le coût au m² représentait environ 3 367 €. Le baromètre LPI-SeLoger nous révèle que ce prix a atteint 3 553 € en 2020. Une hausse qui s’explique en partie par le durcissement des règles d’accès au crédit immobilier, qui a mis de côté les primo-accédants au profit des ménages les plus aisés.

Fabrice Houlé

Entrepreneur,
agent immobilier de terrain,
commerçant et formateur.
 
En savoir plus >>

Soyez Informés en Premier !

 

Avec nos "Alertes Blog", restez connectés en permanence à l’actualité juridique et commerciale de la location

 

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les Alertes Blog. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans l'Alerte. En savoir plus sur la gestion de mes données et sur mes droits.

Nous suivre

« Je ne fais pas de location. »

Ne laissez plus partir les clients.
Démarrez votre activité de location et générez rapidement du chiffre d’affaire.
Constituez-vous un portefeuille.

Nous vous montrons comment

À propos de ce blog

Ce blog est destiné aux personnes qui s'intéressent à l'immobilier locatif et principalement aux professionnels de l’immobilier .

Pour en savoir plus sur ce blog >>